AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 LUGGY « bring on the butterbeer »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ravenclaw
Ravenclaw
MessageSujet: LUGGY « bring on the butterbeer »   Lun 4 Juil - 17:32




bring on the butterbeer
Ce n'était pas bien beau, pas bien moche. Juste ce bâtiment de pierres gardé par ses trois têtes réduites sifflant, marmonnant et ricanant à longueur de journée. Il y avait ce sol de carrelage d'ocre sur lequel les bottes et les baskets venaient frapper vigoureusement, emportées par les élans de leurs propriétaires parfois un peu trop joyeux (je veux dire par là, joyeux d'alcool). On les voyait quitter Les Trois Balais le visage rougeaud, les peaux écarlates et lourdes se confrontant à l'air léger et bleu d'un ciel délicat : celui d'un début de mois de mai. C'était une période propice à la promenade, aux rigolades, ainsi qu'aux rêveries qui précédaient la période, paraissant encore lointaine, des examens. Bientôt, BUSES et ASPICS viendraient ajouter le mot “révisions” au vocabulaire des jeunes sorcières et sorciers de Poudlard. En attendant, il était encore temps de se balader dans le chaleureux village de Pré-au-Lard en toute insouciance. Lorsque l'on regardait un peu dans l’amas trop mobile de gens qui marchaient et qui riaient et qui courraient... l'on aperçevait un groupe de jeunes oisillons. Les Serdaigles. De manière générale, on les reconnaît à leur excentricité, devenue commune par renom, et bien souvent aussi au livre qu'ils tiennent entre leurs mains. Des érudits parait-il... ils préféreront parler d'une sensibilité particulière de laquelle ils tirent une forme d'intelligence. Bien souvent, on en vient à les catégoriser comme des gens individuels, ce qui reviendrait à dire que toutes les blondes sont de belles catins dénuées d'esprit. Serdaigle est une maison regroupant tout type de personne, et leur “fibre de sensibilité” est celle qui les joint en une seule famille. Une maison est composée d'êtres tout aussi différents les uns des autres. Ainsi, en regardant parmi ce groupe de jeunes oiseaux, tu observerais la petite Bonnie (celle aux yeux mielleux et aux cheveux au ras du crâne qui passe ses journées à dessiner) ; ou Allen Locust (celui si beau mais si petit qu'il n'attire que les regards des plus attentifs) ; ou la petite Miss Sturridge (celle aux cheveux bruns lui tombant sur les hanches et réputée pour ses talents aux échecs version sorcier) ; ou Luna (ce rayon de soleil se reflétant autant dans sa chevelure flamboyante que dans son sourire éclatant) ; ou encore Samuel Johnson (si tu sais, ce bellâtre qui traîne dans la Salle de Commune, beau de visage et de cœur) ; et aussi, il y a Ziggy. Oui celle-ci, celle armée de son champ de bataille capillaire, de son pantalon trop long et de son t-shirt des Harpies de Holyhead. Oui, celle-ci, celle qui boit plus de bièraubeurre que de jus de citrouille et qui préfère manger ses œufs avec de la confiture. Oui, celle-ci, celle avec le visages toujours un peu trop expressif : du style à toujours mettre ses émotions à nue, aussi lisibles qu'une écriture à l'encre sur un parchemin neuf. Elle observait la population qui l'entourait et replaçait régulièrement une mèche de ses cheveux derrières ses grandes oreilles. Bouillante d'activité, elle secouait sa main frénétiquement et tournait régulièrement son regard vers la porte des Trois Balais. À chaque bruit qu'émettait ses gonds, ses yeux s'élançaient à la poursuite du nouvel arrivant. Elle attendait la bonne personne. Celle qu'elle convoitait.

Grincement, regard. Personne. Grincement, regard. Personne. Grincement, regard. Personne. Grincement, regard. Johnson. Bondissant sur la poignée, Ziggy se fraya un passage à la suite du jeune homme. Il se dirigea vers le bar, elle se dirigea vers le bar. Il regarda la salle alentour, elle regarda la salle alentour. Il commenda une bièraubeurre, elle commenda une bièraubeurre. Puis, elle l'observa s'attabler, en espérant que son choix se porterait vers la table du fond, où un groupe de jeunes Serdaigles se remplissait la pense joyeusement, ce qui permettrait à la Blues de les rejoindre sans attirer de soupçons. Doucement, le bellâtre se glissait entre les tables et s'enfonçait de plus en plus profondément dans la taverne. Ziggy prenait son temps, commandant sa bièraubeurre, en profitant pour attacher ses cheveux, puis pour demander des nouvelles de la bonne et chère Mme Rosmerta. Une fois le dialogue clos “Bonne fin de journée !”, elle détourna les yeux, à la recherche de Sam. Avec obstination, elle tentait de discerner le visage du jeune homme parmis ceux qui se trouvaient à la table convoitée. Un éclat de rire se fit entendre à la table d'à côté. Johnson riait joyeusement, en tête à tête avec la jeue Eileen Hays. La nymphomane de sixième année. Non, pardon, mauvaise langue... À nouveau, la page dans le livre émotionnel de Ziggy se fit apparaitre sur son visage. Avec nervosité, elle s'étouffa en avalant cinq énormes gorgées de sa bièraubeurre. Puis, nécessiteuse de réconfort, elle se dirigea vers la première Serdaigle qu'elle discerna parmis les clients de la taverne. Chevelure rousse, elle n'était pas difficile à reconnaître. Luna, assise seule à une table auprès de la fenêtre. La brune s'élança à travers la salle et se jeta avec exaspération sur la chaise de bois en face de la Nightingale. Elle la regarda droit dans les yeux, fronça les sourcils et tenta de lui faire comprendre par son expression faciale que la discussion allait être sérieuse. Elle désigna de la tête la table d'Eileen et Samuel et s'empressait de demander d'une voix forte et crispée, ❝Quelqu'un m'explique ?❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ravenclaw
Ravenclaw
MessageSujet: Re: LUGGY « bring on the butterbeer »   Mer 10 Aoû - 10:42

Ziggy & Luna
Le vent venait jouer dans ses cheveux, les faisant gonfler comme des vagues, rousses comme la mer au couché du soleil. Le ciel était clair, et le soleil montrait même quelques rayons. C’était sa saison préférée. Le printemps. Elle déambulait dans le village avec son long sac, sa robe informe et ses longues chaussettes dépareillées, admirant, émerveillée comme au premier jour, les petites maisons, les boutiques, et les sorciers qui grouillaient autour d’elle. Cela faisait des années qu’elle avait posé les yeux sur Pré-Au-Lard pour la première fois mais rien n’y faisait, elle aimait toujours ça autant. Elle était émerveillée par tout ce qu’elle voyait quoi qu’il arrive, mais ce village la fascinait.
Un énième coup de vent vint lui coller les cheveux en plein dans la figure. Elle secoua la tête pour s’en débarrasser avant de sortir sa baguette de sa poche pour la planter dans ses cheveux, histoire de faire tenir sa crinière dans un semblant de chignon dégoulinant. Sept ans qu’elle avait cette baguette, et sept ans qu’elle servait plus à tenir ses cheveux ou à lui gratter le crâne qu’à faire réellement de la magie. En tant que née moldue, il y avait des choses auxquelles elle avait l’impression qu’elle ne s’habituerait jamais, et la baguette en faisait partie.  Elle la voyait plus comme un très bel objet, certes très utile, mais utile à la façon moldue.
Elle était venue seule.  Pas par manque d’amis, mais par envie de solitude. Un truc soudain qui l’avait pris comme ça. Une fille de son dortoir lui avait proposé d’aller acheter de nouvelles plumes mais elle n’en avait ni l’envie ni le besoin, et au lieu d’aller passer la journée près de la Cabane Hurlante avec ses amis de Gryffondor, comme à à peu près toutes les sorties à Pré-Au-Lard, elle avait décidé de flâner seule dans les rues, admirer le paysage et pourquoi pas faire quelques boutiques, toute seule, sans personne pour lui dire que ce qu’elle allait acheter serait ridicule, inutile, ou moche. Elle avait certes tendance à l’achat compulsif, mais elle n’aimait pas qu’on lui fasse remarquer, et avait donc préféré faire ça toute seule dans son coin.
Elle avait donc déjà acheté deux sachets de patacitrouille alors qu’elle en avait déjà trois dans sa chambre, et un livre sur la vie d’un célèbre sorcier qui avait inventé ou découvert elle ne savait trop quoi, mais dont la couverture était drôlement sympa et colorée. Comme d’habitude elle ne le lirait sûrement pas mais au moins sa bibliothèque serait jolie. Elle avait réussi à résister à la tentation d’acheter une superbe paire de gants en cuir, mais elle était obligée de porter ceux aux couleurs de sa maison alors ç’aurait été encore plus inutile que n’importe quel autre achat. Une tentation à laquelle elle finit par céder, au contraire, fut celle de la Bièraubeurre. A peine avait-elle posé le regard sur la porte des Trois Balais qu’elle en voulait déjà une, et elle ne réfléchit réellement au fait que ce n’était pas nécessaire d’en prendre une qu’une fois assise à une table avec sa choppe. Bon, tant pis.
Elle s’installa donc, sa baguette dans les cheveux, son long sac à rayures multicolore posé sur la table, sa chope à sa droite, devant sa copie d’histoire de la magie qu’elle devait relire et corriger pour la rendre le lendemain. Elle lisait tranquillement en suçotant le bout de sa plume quand elle entendit une masse se laisser tomber sur la chaise en face d’elle. Elle eut un sursaut et se retrouvé nez-à-nez avec Ziggy, une fille de son année. Plutôt gentille au demeurant, même vraiment sympa selon elle. Elle avait certainement tendance à trouver tout le monde très gentil, ce qui était un de ses principaux défauts, mais jusque là sa naïveté ne lui avait pas apporté d’ennuis. Quoi qu’il en soit, Luna aimait bien Ziggy, mais pas forcément qu’on fasse un bruit de mammouth quand elle essayait d’être calme pour une fois dans sa vie. Elle leva les yeux pour découvrir une expression sérieuse et presque dure sur le visage de la jeune fille en face d’elle, qui lança un : « Quelqu'un m'explique ? » assez vif et plutôt malaimable en balançant sa tête dans une direction plutôt indistincte. Luna détourna les yeux vers la table désignée pour voir Samuel Johnson – le grand le beau le parfait – rire en compagnie d’une fille dont Luna oubliait tout le temps le prénom mais qui avait l’air de rire à gorgé déployée en mettant sa poitrine en avant en compagnie de tous les élèves masculins de plus de quinze ans. Luna n’avait rien en particulier contre cette fille, après tout elle ne la connaissait pas, et ce n’était pas l’allure qui faisait la personne. Néanmoins, il était certain que ce n’était pas très satisfaisant de la voir en compagnie de ce garçon, bien que la rousse restait plus ou moins indifférente à n’importe qui. Elle reporta son attention sur Ziggy, et essaya de trouver quoi lui répondre. « De toute évidence il s’agit de deux amis qui discutent devant une Bièraubeurre ». La fille qui parlait avec Samuel éclata de rire, et Luna ne put s’empêcher d’ajouter : « Enfin, je pense qu’elle voudrait bien qu’ils soient plus qu’amis » avant de se rendre compte que c’était vraiment stupide de dire ça parce que de toute évidence Ziggy était venue pour entendre l’inverse. « Enfin c’est rien je veux dire elle est comme ça avec tout le monde c’est juste une proie en plus pour elle ». Nouvelle boulette. Franchement, qui venait demander du réconfort à Luna ? Elle avait le don pour réfléchir après avoir parlé et elle n’y connaissait rien à ce genre de sentiments et de relations. Elle ressentait plus de choses pour une crêpe à la confiture que pour n’importe quel beau garçon. « Enfin je veux dire oui de toute évidence c’est étrange mais quand tu regardes il est comme ça avec toutes les filles ». Euh, non, il n’aurait pas fallu dire ça non plus. « C’est sûrement elle qui est venu lui parler, comme d’habitude. Il sait bien qu’il vaut mieux que ça et je doute qu’il vienne vers elle. Il rigole par politesse, ils ne sont pas plus proches que ça ». Ce fut sa dernière tentative. Elle se rendait bien compte que ça ne servait plus à rien de parler si ce n’était pour s’enfoncer encore plus. Elle se réconforta donc dans sa Bièraubeurre avant de la tendre à Ziggy avec un sourire. Si elle ne pouvait pas l’aider avec des mots, elle pourrait tout du moins l’aider à noyer sa peine dans l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

LUGGY « bring on the butterbeer »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
» URSA MAJOR « rpg team :: Les Trois Balais-